Logo
Un ADN différent

Un ADN différent

Danie Deschênes, mairesse de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot

Danie Deschênes, mairesse de Notre-Dame depuis peu, est plus qu’enthousiaste à l’égard de la plus grande munici­palité de l’île Perrot.

« Ce que j’aime dire, c’est que Notre-Dame rassemble tout ce que les gens voient quand ils pensent à l’île Perrot. C’est ici que nous trouvons le parc historique de la Pointe-du-Moulin, les fermes, l’eau et le site patrimonial Sainte-Jeanne-de-Chantal », commente l’élue. Pour elle, on ne peut se tromper : Notre-Dame est la plus belle ville de l’île.

Elle vante les possibilités de la disposition du territoire municipal. En effet, la ville est scindée en deux : une section au nord de type banlieue et une autre au sud semi-agricole.

« C’est incroyable de réaliser que l’on peut avoir accès rapidement aux auto­routes mais aussi à des produits frais de la ferme à vélo. Un Perrotdamois peut aller chercher des œufs, des pommes ou d’autres fruits directement chez le producteur. C’est une richesse et c’est le charme de la ville », insiste Danie Deschênes.

Cette réalité confère à Notre-Dame-de-l’Île-Perrot un cachet qui lui est propre. Avec 70 % de son territoire en zone agricole et la présence d’une zone à densité élevée, la municipalité est bien différente des trois autres de l’île qui ont développé, au fil des ans, des sections commerciales ou encore une densité de population.

« Cette mixité de secteurs urbains et champêtres est unique », souligne la mairesse.

Le bien-être pour tous

Danie Deschênes est lucide quant au développement commercial de la municipalité : « Ce n’est pas dans notre ADN, ni notre mission d’attirer de façon massive des commerces. Je crois que les résidents sont heureux de cette façon de gérer. »

Elle ne ferme toutefois pas la porte à l’établissement d’entrepreneurs sur le territoire perrotdamois. Selon elle, si les citoyens aiment leur ville pour sa qualité de vie et son cadre, des entrepreneurs pourraient être attirés par les mêmes facteurs, les mêmes attraits.

Pour Danie Deschênes, il importe, pour le bien des citoyens, de favoriser et d’améliorer les accès à l’eau. « Je crois, affirme la mairesse, que l’on peut faire mieux sur ce tableau alors que la présence du lac Saint-Louis et sa beauté sont des attraits et des richesses pour la ville. L’accès aux cours d’eau fait partie de l’ADN de Notre-Dame. »

Elle voit aussi d’un bon œil la collaboration et la mobilisation des quatre Municipalités de l’île Perrot pour la progression de projets communs avec des retombées positives pour ses 37 000 habitants. Elle fait notamment mention du projet de construction d’une piscine financée par les quatre administrations.

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*