Logo
S’unir pour mieux prospérer

S’unir pour mieux prospérer

L’historique de la fusion de Vaudreuil et Dorion

Si la fusion de Vaudreuil et Dorion s’est concrétisée en 1994, les pourparlers à son sujet ont débuté bien avant. Dès les années 1960, plusieurs projets de jumelage des deux entités sont déjà étudiés.

Lors de la construction de la polyvalente Cité des jeunes au début des années 1960, la possibilité d’une fusion entre Vaudreuil et Dorion est évoquée à multiples reprises. Toutefois, ces pourparlers ne sont pas près d’aboutir.

Ce n’est qu’au cours des années 1980 que le projet devient de plus en plus évident et nécessaire. À la suite de la crise écono?mique de 1982, les deux municipalités connaissent un développement industriel engourdi. Parallèlement, la croissance du développement immobilier progresse particulièrement du côté de Vaudreuil. Durant ces années, plusieurs structures régionales voient le jour sur le territoire vaudreuil-soulangeois. L’évolution des paysages de la région est marquée notamment par l’implantation du CLSC. La Presqu’île en mars 1982 sur le boulevard Harwood. Vaudreuil et Dorion donnent leur appui à ce projet mis sur pied par la ministre de l’époque, Pauline Marois. Ainsi, le CLSC, jumelé au Centre médical, assure les services sociaux à l’ensemble de la population de Vaudreuil-Soulanges.

Également, on note l’arrivée de la société d’État Hydro-Québec, qui implante un centre administratif à Dorion, et celle de la Sûreté du Québec, qui s’établit à Vaudreuil. Les nouveaux services et les coûts qui s’y rattachent incitent les deux villes à étudier des solutions qui leur permettraient de partager certaines factures.

C’est dans ce contexte que trois régies furent créées afin d’offrir des services professionnels à la population vaudreuilloise et dorionnaise : la bibliothèque intermunicipale, la régie de protection publique Dorion-Vaudreuil et la régie des eaux usées.

La décennie 1990 sera décisive dans le développement des deux municipalités. La croissance de la population et la nécessité d’ajuster les infrastructures aux nouveaux besoins poussent les élus à s’interroger sérieusement sur la nécessité d’une fusion.

Jean Lemaire et Monique Richardson

Au moment de la fusion, les rôles de maire étaient tenus par Jean Lemaire à Dorion et Monique Richardson à Vaudreuil.

Dorion a tout juste le temps de célébrer ses 100 ans d’existence en conviant sa population à des festivités thématiques qui débutent le 27 octobre 1990. Son fardeau fiscal devient trop lourd, et la fusion est inévitable.

Quatre ans plus tard, ce qui devait arriver arriva. Le 16 mars 1994, le maire de Dorion, Jean Lemaire, et la mairesse de Vaudreuil, Monique Richardson, deviennent les artisans de la fusion de leur municipalité respective et s’unissent pour mieux prospérer : la nouvelle ville de Vaudreuil-Dorion fait son apparition sur la carte du Québec.

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*