Logo
La solidarité de la communauté

La solidarité de la communauté

« Le mot qui ressort c’est la solidarité. Ça a été un des pires moments depuis que je suis en politique municipale, mais à travers cet événement on a vu une cohésion sociale se créer. »

Le maire Guy Pilon en avait long à dire sur l’esprit d’altruisme qui s’est emparé de ses concitoyens lors des tristes et soudaines inondations qui ont secoué la région au printemps dernier.

« Quel beau mouvement de solidarité! Les gens voulaient aider, ils voulaient faire leur part pour aider leurs voisins. Les gens qui ne pouvaient ensacher du sable ont fourni des repas. Les gens qui avaient des camions sont venus pour transporter des poches de sable chez des gens qu’ils ne connaissaient pas. Ça s’est avéré un moyen de rapprocher la communauté », indique Guy Pilon qui n’a que des remerciements chaleureux à offrir à tous ceux qui ont fait leur part.

« Ça s’est avéré un moyen de rapprocher la communauté. »

Autant au plus fort des inondations et de l’état d’urgence, autant lors de la corvée de nettoyage, les citoyens, les élus, les dirigeants de la ville ont travaillé ensemble pour synchroniser les travaux. « Les pompiers, les cols bleus, la voirie, les bénévoles, les élus, les employés, les gens ont mis la main à la pâte. Une journée, nous avons enregistré 1100 bénévoles. Ça va demeurer dans les mœurs de la Ville. Je suis content que nous ayons fait participer les gens. Parmi eux, les plus jeunes qui ont voulu offrir un coup de main. Ça leur apprend tôt, malgré cette malchance, malgré le caractère triste des inondations, à donner, à être présents. Chacun trouvait ce qu’il pouvait faire », insiste le premier citoyen qui est venu en entraide à ses municipalités voisines, L’Île-Cadieux et Vaudreuil-sur-le-Lac. « Nous avons protégé plus d’une centaine de maisons. Sans compter celles des autres villes. Il y a eu un esprit de solidarité et communautaire de tous nos gens », lance-t-il, indiquant qu’un post-mortem sera effectué afin de retenir les meilleurs coups et de corriger ce qui était moins bien rodé », laisse-t-il savoir. On sait toutefois qu’au niveau du comité des mesures d’urgence, tout le monde était prêt et sur le même diapason (voir texte : En mesure de répondre encore plus rapidement). « La Ville était prête au niveau des communications. Nous avons établi un numéro unique ou les gens pouvaient appeler pour obtenir des renseignements, de l’aide, des réponses. Nos employés ont accepté au vol d’effectuer d’autres tâches que les leurs. C’est un fait saillant de 2017 et nous ne l’oublierons pas », conclut le maire.

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*