Logo
En mesure de répondre encore plus rapidement

En mesure de répondre encore plus rapidement

« En 2012,  nous avons remis sur les rails le projet des mesures d’urgence et embauché Prudent Groupe Conseil, la sommité dans la matière au Québec. Ils nous ont recommandé d’organiser quatre rencontres par an. Nous avons ainsi revu le plan d’urgence et chaque mission. Le directeur du service de sécurité incendie, Terry Rousseau en a fait la présentation et les gens se le sont approprié », explique Martin Houde, emballé.

Les responsables et intervenants ont ainsi eu à mettre en place et pratiquer chacun des aspects du plan. « Nous avons eu des exercices de mission. Par exemple, lors de la première année, nous avons simulé un bris d’aqueduc. Lors de la seconde année, nous avons évalué le système en simulant un déversement de produits chimiques sur l’autoroute 20. Cette fois, personne n’était au courant et chacun a dû réagir en répondant au plan des mesures d’urgence. Ça a permis de développer les réflexes, les outils, les cartes par exemple. Ça a permis de voir si nous étions prêts en ce qui a trait aux locaux, à la technologie, aux urgences. Avec le temps nous avons développé une culture de mesures d’urgence. Si bien qu’au printemps, lors des inondations, nous avons vu que nous étions bien préparés », dit Martin Houde.

« Nous effectuons le post mortem de chaque mission. Le succès c’est d’avoir une équipe compétente. C’est une valeur ajoutée. »

Évidemment, la simulation prévue en juin n’a pas eu lieu cette année et on s’affaire plutôt à livrer le bilan des inondations. « Nous effectuons le post mortem de chaque mission. Le succès c’est d’avoir une équipe compétente. C’est une valeur ajoutée », dit-il.

En ce sens, le Service des communications de la Ville compte mettre en place une campagne de sensibilisation pour les trousses de 72 heures. « On a vu dans le cas des inondations par exemple, que les gens doivent être capables de s’autosuffire pendant une certaine période. Ces trousses sont importantes et nous allons mettre un fort accent là-dessus », explique France Lavoie, directrice au service des communications de la Ville de Vaudreuil-Dorion.

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*