Logo

Le tourisme en expansion

Le moulin de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, un attrait populaire dans la région.

Le moulin de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, un attrait populaire dans la région.

Le Suroît et la Montérégie

Avec la nouvelle autoroute, les établissements à caractère touristique peuvent s’attendre à un plus grand achalandage.

« Beaucoup de gens l’attendaient, souligne Éric Fournier, directeur général de Tourisme Montérégie. Un déplacement d’une heure et quart ne prendra que 30 minutes. »

Forcément, cette amélioration favorisera grandement le tourisme dans la région. Par exemple, les résidents de Montréal se verront proposer des lieux et des escapades beaucoup plus près de chez eux. Manon Patenaude, directrice générale de Tourisme Suroît, explique : « On est comme le ­ter­rain de jeu de Montréal. » Ainsi, l’organisme pourra cibler davan­tage la clientèle de la grande métropole.

L’autoroute 30 est donc vue comme une ouverture à un territoire, à une région se spécialisant dans les escapades.

En plus des établissements touristiques, certains festivals et autres activités locales profiteront du grand nombre de visiteurs de passage dans la région. « On va être plus en mesure de les capter », soutient Manon Patenaude. Par exemple, notons le célèbre Festival de cirque Vaudreuil-Dorion, qui a accueilli l’an dernier près de 50 000 festivaliers. En 2013, avec les surprises au programme, gageons que les automobilistes n’hésiteront pas à s’arrêter dans la région pour se promener dans la rue Jeannotte et vivre une belle expérience.

Besoins changeants

Puisque le flux de visiteurs deviendra de plus en plus important, la nouvelle voie de circulation rapide en milieu rural devrait, d’ici les prochaines années, accueillir de grands hôtels de chaîne, dont les Hilton et Comfort Inn. « La 30 crée de nouveaux besoins en matière de tourisme », explique Éric Fournier.

Selon Manon Patenaude, le tourisme nécessite deux éléments clés que possédera sous peu le Suroît : l’accessibilité et l’hébergement.

Éric Fournier prévient toutefois qu’il faudra protéger le secteur pour ne pas l’envahir de bâtiments. Il s’agit donc d’une belle occasion de rafraîchir le paysage sans toutefois le rendre méconnaissable.

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*