Logo
École Brind’Amour – L’innovation a un nom

École Brind’Amour – L’innovation a un nom

En 2013, les résidents de Vaudreuil-Dorion et des alentours ont appris la construction d’une nouvelle école primaire axée vers l’innovation. Son nom : l’École Brind’Amour.

Ce nouvel établissement sera formé sur le modèle École communautaire entrepreneuriale consciente (ÉCEC); une première en Montérégie et, naturellement, pour la commission
scolaire des Trois-Lacs (CSTL).

L’École communautaire ­entrepreneu­riale consciente propose une voie éducative moderne et socialement responsable. C’est donc grâce à des projets de diverses natures que les compétences et les connaissances du programme régulier de formation sont d’abord développées. Les élèves bénéficieront, en plus, d’un programme d’apprentissage en entrepreneuriat conscient, qui vise à les motiver davantage à venir apprendre à l’école.

Un des objectifs, donc, de l’ÉCEC est d’amener l’élève à s’entreprendre lui-même, à s’investir dans son chemi­nement scolaire et à redonner du sens aux apprentissages à l’école.

Un nom qui résonne

Le nom de l’école a été choisi en hommage à Yvette Brind’Amour (1918-1992), l’une des figures de proue du théâtre provincial. Cette artiste a vécu à Vaudreuil-Dorion pendant plusieurs années en plus d’être cofondatrice du Théâtre du Rideau vert, le plus ancien théâtre professionnel francophone en Amérique du Nord. Yvette Brind’Amour s’est également fait connaître du public en jouant sur les planches, mais aussi dans de nombreux téléthéâtres. Elle a de plus signé une cinquantaine de mises en scène.

Pour son grand talent artistique, pour sa vision et sa persévérance, madame Brind’Amour a reçu plusieurs reconnaissances officielles, dont l’Ordre du Canada (elle est nommée officier en 1967 et compagnon en 1982); le prix Victor-Morin de la Société Saint-Jean-Baptiste en 1964; le prix de la meilleure comédienne pour l’interprétation du rôle d’Ysé dans Partage de midi de Paul Claudel en 1962; la médaille Tchekhov décernée au cours d’une tournée en Russie en 1965; le titre de docteur en philosophie honoris causa de l’Université d’Ottawa en 1968 et l’Ordre national du Québec en 1985.

La CSTL n’en est pas à un premier hommage envers un Québécois ayant laissé sa marque. Soulignons le pavillon Lionel-Groulx en l’honneur de l’abbé devenu historien, professeur, écrivain et conférencier ainsi que le centre Paul-Gérin-Lajoie qui évoque le politicien de la région bien connu.
Ainsi selon la CSTL, cette « nouvelle École communautaire entrepreneuriale consciente aura notamment le rôle de développer chez les élèves la confiance, l’estime de soi, la motivation et la persévérance scolaire, et où chaque jeune développera les compétences de s’entreprendre, ­d’entre­prendre et de créer l’innovation. En fondant son propre théâtre, madame Brind’Amour a fait la preuve qu’elle maîtrisait toutes ces qualités entrepreneuriales. Nous souhaitons, à l’exemple de cette femme tenace et courageuse, démontrer aux élèves qu’ils peuvent vivre de leurs passions et entreprendre la réalisation de leurs rêves ».

Cette école établie sur un modèle revu ouvrira ses portes pour accueillir ses premiers élèves à la fin août.

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*