Logo
Contrôler le développement

Contrôler le développement

Guy Pilon, maire de Vaudreuil-Dorion

Selon Guy Pilon, maire de Vaudreuil-Dorion, l’autoroute 30 facilitera la vie des automobilistes de la région. Toutefois, il émet quelques réserves sur la manière dont sa ville pourra exploiter ce nouveau tronçon auto­routier.

Le maire de Vaudreuil-Dorion craint en effet que la région ne soit pas en mesure d’y tirer tous les avantages économiques voulus. « L’autoroute 30 sans dézonage, ce n’est pas grand-chose, explique-t-il. Ça va désengorger la circulation métropolitaine et favoriser un lien avec la Rive-Sud, mais, si rien n’est fait pour le dézonage, nous subirons uniquement les contrecoups du camionnage. »

En permettant aux entreprises de s’ins­taller à proximité de l’autoroute 30, la Ville contribuera au financement des biens et des services de tous les Vaudreuillois.

Rappelons que les terrains à proxi­mité de l’autoroute 30 sont en zone agricole, ce qui signifie d’importantes limites quant au potentiel d’exploitation des terres. La Commission de protection du territoire agricole du Québec s’oppose fréquemment au changement de zonage des terres agricoles. La Municipalité de Coteau-du-Lac a d’ailleurs goûté à cette « médecine » en décembre 2010, voulant agrandir son parc industriel.

Des répercussions imprévisibles

Alors que la majorité des intervenants de la région voit l’incroyable potentiel économique de l’ouverture de l’autoroute 30, Guy Pilon garde ses réserves. « Les retombés économiques de ce projet sont tellement imprévisibles qu’il faudra attendre au moins un an pour les évaluer. »

Dans un même ordre d’idées, il s’interroge sur la circulation : les automobilistes emprunteront le boulevard Harwood d’ici les travaux de l’autoroute 20. Une bonne partie de la circulation empruntera le nouvel axe autoroutier pour contourner la métropole, et de nombreux camionneurs d’entreprises de la Rive-Sud pourraient être tentés de se rendre à Montréal en passant par Vaudreuil-Soulanges.

L’ouverture de l’autoroute 30 pourrait aussi modifier les habitudes de travail des citoyens de la région. Actuellement, bon nombre d’entre eux travaillent à Montréal et dans l’Ouest-de-l’Île. Avec la nouvelle autoroute, les Vaudreuillois pourraient être tentés de travailler dans une autre région.

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*