Logo
Vers un avenir… spectaculaire! – Festival de cirque Vaudreuil-Dorion

Vers un avenir… spectaculaire! – Festival de cirque Vaudreuil-Dorion

Du 22 au 25 juin, la rue Jeannotte a vibré au rythme du huitième Festival de cirque Vaudreuil-Dorion. Cette
édition à saveur internationale a contribué au rayonnement de la ville et restera gravée dans la mémoire collective des Vaudreuilloises et des Vaudreuillois.

AcrobatesEn effet, les quatre jours de festivités auront laissé des souvenirs indélébiles à la population locale et régionale. Le prestige et le cachet de la huitième édition du Festival de cirque Vaudreuil-Dorion ont offert une magnifique vitrine à la ville, stimulant la fierté du dynamisme local. Si la première édition avait attiré 3000 visiteurs en 2005, la toute dernière mouture en a convaincu plus de 55 000.

C’est d’abord le coup de maître du président fondateur du festival, Yannick Gosselin, qui a fait naître l’enthousiasme général. En effet, dès février, l’annonce a été faite dans le journal L’Étoile : le fils de Chaplin à Vaudreuil-Dorion. En acceptant de se joindre à l’aventure, Eugène Chaplin a fait tourner les têtes de la province tout entière vers Vaudreuil-Dorion. Plusieurs médias nationaux ont salué les efforts investis dans l’organisation d’un festival prestigieux, de calibre international.

Manifestement ravi de son expérience, Eugène Chaplin est rentré en Suisse la tête pleine de souvenirs. « Nous avons tous pu tisser des liens. Ce qu’il nous reste aujourd’hui, ce sont les souvenirs », a-t-il déclaré à la fin du festival. Il a d’ailleurs refusé sa rémunération à titre de porte-parole du festival, souhaitant réinvestir cette somme dans la prochaine édition.

Le Festival de cirque Vaudreuil-Dorion a aussi été le théâtre d’une compétition de cirque internationale : une première au Canada. L’élite mondiale du cirque s’était donné rendez-vous à l’aréna de Vaudreuil-Dorion. Des artistes ­cana­diens, américains, espagnols, russes et français ont présenté des numéros à couper le souffle. Pour couronner ce rendez-vous exceptionnel, un jury composé de personnalités notoires
du monde du cirque a décerné le prestigieux Grock d’or, convoité trophée européen.

ParadeLe sourire des enfants

« Ce qu’il ne faut pas manquer, c’est le sourire des enfants lorsque les clowns arrivent et que le cirque commence. C’est ça, la magie! » confiait le maire Guy Pilon au lancement des festivités. Et en effet, le festival fut un rendez-vous résolument familial. « C’est un endroit où nos citoyens et nos jeunes familles peuvent se regrouper et profiter ensemble de spectacles exceptionnels », ajoutait le maire.

Avec les manèges, les animaux, les animateurs de rue, les clowns, les kiosques d’activités et les multiples spectacles de la scène jeunesse Desjardins, les enfants de tous âges ont trouvé un divertissement sur mesure.

Le festival a aussi permis aux jeunes et aux moins jeunes de faire la connaissance d’une figure mythique de l’univers du cirque. En effet, une nouvelle icône, un nouveau personnage est entré dans l’imaginaire vaudreuillois : le clown Grock. À la suite de son périple en Suisse sur les traces de Grock, Yannick Gosselin aura réussi à transmettre aux festivaliers son admiration et sa passion pour ce sympathique géant.

À la prochaine!

sl12-vd_spreadcirque4Au terme d’un festival réussi, Yannick Gosselin a procédé à cette annonce : « Dès l’an prochain, le festival portera le nom de Festival international de cirque de Vaudreuil-Dorion. » Ce n’est pas peu dire. Vaudreuil-Dorion prend sa place parmi les grands du monde du cirque, s’inscrivant comme précurseur à l’échelle du pays.

« Au Québec, il y a beaucoup de festivals. Pour nous, le cirque était une option très familiale. Grâce à Yannick Gosselin et au conseil municipal, Vaudreuil-Dorion se taille une place de choix », a exprimé le maire Pilon.

Cette huitième édition fut à l’image du dynamisme et de la vitalité de la ville. Yannick Gosselin a conclu l’aventure sur une note positive et pleine d’optimisme : « On est tous super contents. Tout s’est déroulé au-delà de nos attentes. Pour une première édition de la compétition internationale, c’est surréaliste! Ça donne des ailes pour l’avenir. Ça promet! » À l’an prochain!

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*