Logo
Salaberry-de-Valleyfield  – Au-delà de la ville nautique

Salaberry-de-Valleyfield – Au-delà de la ville nautique

Lorsqu’il déambule dans sa ville, le maire se plaît à saluer ses citoyens. C’est avec passion qu’il parle des richesses de sa ville.

L’eau est omniprésente et l’emplacement de prédilection de Salaberry-de-Valleyfield fait en sorte qu’elle est une destination de choix. Selon le type d’activité, il y a toujours un lien avec l’eau. Le milieu est paisible et peuplé d’arbres. On en oublie presque qu’elle est une ville industrielle.

« On a mis l’accent sur la beauté. Chaque fois qu’on termine un projet d’infrastructure, on fait pousser des aménagements urbains en lien avec la beauté, dont des sculptures et des sentiers d’accès. Ça devient une ville facile et belle à vivre », assure Denis Lapointe, maire de Salaberry-de-Valleyfield depuis 1995.   

La ville regorge de richesses touristiques. Jusqu’à l’année dernière, la promotion des diverses attractions passait, entre autres, par Tourisme Suroît, mais également par Destination Salaberry-de-Valleyfield. Il y a quelques années, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield et les principaux attraits du centre-ville se sont réunis pour promouvoir son offre touristique. C’est à la suite de la réouverture du Vieux Canal à la navigation, en 2006, que cette initiative a pu se déployer, créant ainsi Destination Salaberry-de-Valleyfield.

Avec la disparition de l’organisme régional de promotion touristique, fermé en décembre dernier, la Ville a redoublé d’énergie pour pousser les beautés faisant autant le bonheur des touristes que des résidents. De plus, elle travaille étroitement avec l’équipe de promotion touristique du CLD de Beauharnois-Salaberry.

Plus que les Régates

Le nautisme, entre autres avec la marina et les Régates, a toujours été au cœur de l’offre touristique, mais la
promotion de la ville se diversifie. On parle davantage de restauration, de sports, de culture, de boutiques, de festivals et d’activités pour toute la famille.   

« L’offre touristique est plus large et complète, les activités se bonifient permettant aux familles de prolonger leur escapade », lance le premier citoyen.

Le rayonnement de la ville sort de son territoire. Des liens sont tissés avec les attractions dans les environs, car il y a de belles choses à voir. D’ailleurs, les cyclistes peuvent, par les pistes, relier tous les territoires. Avec le nouveau pont Serge-Marcil, le lien entre Salaberry-de-Valleyfield et les autres villes est plus facile. L’offre hôtelière et touristique de Vaudreuil-Dorion, par exemple, devient un complément intéressant.

De vraies vacances

« En élargissant l’offre de service, on espère augmenter le nombre de nuitées. La diversification permet d’occuper plus d’une journée en découvertes : visites au musée, balade à vélo, baignade au complexe aquatique ou à la plage, festivités urbaines, etc.  On veut sensibiliser les visiteurs à toute la gamme d’activités possibles à l’intérieur de la ville ou à proximité », lance le maire, soulignant par la même occasion qu’on n’a pas besoin d’avoir de voiture au centre-ville.

Avec la situation économique et l’offre qui s’est accrue, les familles de la région ont tendance à faire des excursions locales. L’année dernière, environ 35 000 personnes ont fréquenté la piscine du parc Delpha-Sauvé, dont 50 % était de Salaberry-de-Valleyfield.

Fermeture de la rue Nicholson pour des spectacles et des kiosques, activités sur Victoria, Festi-Bières du Suroît, ouverture de la piscine du parc Delpha-Sauvé, amélioration de la restauration… La ville évolue et augmente ses activités.    

« Si l’on remonte à 10 ou 15 ans, les gens disaient après les Régates il ne se passe plus rien. Aujourd’hui, avant, pendant et après les Régates, il y a des activités presque toutes les fins de semaine. Les gens d’ici, on plus d’intérêt à rester ici. Ça coûte moins cher, ils vont coucher chez eux, mais pendant toute la journée ils ont des
activités à faire », se réjouit le maire.

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*